L’actualité Google – avril 2021

D’ordinaire, Google se montre farceur en cette saison, mais cette année encore, l’entreprise de Mountain View a décidé de déroger au 1er avril. Son vice-président Marvin Chow a envoyé un mémo interne demandant que, en respect pour les personnes confrontées au COVID 19, l’on mette de côté les poissons d’avril.

Elle a toutefois continué à saper le moral de certains webmasters avec des mises à jour d’algorithme – dont une mise à jour officielle. Quoique ceux qui tremblaient à la perspective de la venue des Core Web Vitals aient pu se réjouir d’apprendre que leur mise en service avait été reportée.

Mise à jour officielle des avis sur les produits

Google a officiellement annoncé une nouvelle mise à jour de son algorithme de recherche le 8 avril. Il ne s’agissait pas d’une core update, a-t-on souligné chez Google, et seules les pages d’avis rédigées en anglais sont concernées.

Cette mise à jour devrait plutôt avoir des effets négatifs sur les sites dont les avis sur les produits sont assortis de liens affiliés pointant vers des sites de e-commerce. Dans son annonce, Google indique que les études démontrent que les internautes préfèrent des avis approfondis plutôt que de longues listes de produits fournissant des informations superficielles. Selon Google, cette modification de l’algorithme favorisera les meilleurs avis sur les produits dans les résultats de recherche.

Cette mise à jour ne devrait pas modifier le classement des pages produits des sites de e-commerce, mais pourrait améliorer le classement des résultats de recherche en écartant de ceux-ci les sites d’avis sur les produits de mauvaise qualité.

Suite à cette mise à jour, Google formule les recommandations suivantes aux propriétaires de blogs publiant des avis sur des produits :

  • N’hésitez pas à mettre en avant votre expertise du produit si vous le jugez opportun.
  • Présentez le produit sous sa forme physique ou expliquez comment l’utiliser en allant au-delà du contenu déjà fourni par le fabricant.
  • Fournissez des mesures quantitatives permettant d’évaluer les performances d’un produit dans différentes catégories.
  • Expliquez ce qui différencie un produit de celui de ses concurrents.
  • Décrivez les produits comparables qu’il est important de connaître ou expliquez quels produits conviennent le mieux à certains usages ou à certaines circonstances.
  • Discutez des points forts et des points faibles d’un produit particulier en vous basant sur les recherches dont il a fait l’objet.
  • Décrivez en quoi un produit est mieux qu’une version ou un modèle précédents pour aider les utilisateurs à prendre une décision d’achat.
  • Identifiez les principaux facteurs de décision d’une catégorie de produit, ainsi que les performances de ce produit dans chaque domaine. Par exemple, si vous créez un avis sur un véhicule, les facteurs de décision déterminants peuvent être la consommation de carburant, la sécurité et l’entretien. Une fois que vous avez identifié tous les facteurs, vous pouvez indiquer les performances du véhicule pour chacun d’eux.
  • Décrivez les détails clés relatifs à la conception du produit, ainsi que leur impact sur les utilisateurs au-delà des informations déjà fournies par le fabricant.

Report de la mise à jour de l’expérience sur la page (Core Web Vitals)

Comme nous l’avons évoqué dans notre article sur Les Core Web Vitals et leurs effets sur le SEO des sites WordPress, Google va bientôt sortir une nouvelle mise à jour incorporant l’expérience sur la page (précédemment nommée « convivialité de la page ») comme facteur de classement.

Le lancement en était prévu pour le mois de mai, mais dans une récente annonce, Google indique que le lancement sera progressif à compter de mi-juin, pour atteindre un déploiement complet en août 2021. Ce retard est peut-être lié aux récents changements intervenus dans le calcul de l’un des trois scores des Core Web Vitals, le CLS ayant été modifié le 7 avril. Mais il se peut aussi que ce report soit destiné à donner plus de temps aux propriétaires de sites pour améliorer leur score.

Dans ce même article de Google, on apprend par ailleurs l’existence du nouveau Rapport Expérience sur la page disponible dans la Google Search Console. Celui-ci signale plus clairement les bonnes URL – celles qui sont validées à l’issue de l’évaluation de l’expérience sur la page. La page Aide de ce nouvel outil offre également l’une des meilleures descriptions disponibles à ce jour du fonctionnement de ce nouveau facteur de classement. Elle nous rappelle que le fait de réussir l’évaluation des Core Web Vitals ne constitue pas l’unique volet du facteur de classement de l’expérience sur la page.

Capture d’écran du rapport Expérience sur la page de la Google Search Console.
Capture d’écran du rapport Expérience sur la page de la Google Search Console.
Capture d’écran du rapport Expérience sur la page de la Google Search Console.
Capture d’écran du rapport Expérience sur la page de la Google Search Console.

D’autres mises à jour non officielles ?

Nous suivons toujours les alertes et les analyses de mise à jour Google publiées par Marie Haynes et Barry Schwartz. Sensibilisée aux changements provoqués par la mise à jour officielle des avis sur les produits, Marie a détecté jusqu’à quatre autres mises à jour officieuses probables au cours du mois. Elle cite les dates des 3, 15, 18 et 22/23 avril.

Concernant la mise à jour du 23 avril, Barry signale que la recherche sur le web et la recherche locale ont été simultanément affectées, sans lien avec la mise à jour des avis sur les produits.

Marie et Barry en 2019
Marie et Barry en 2019

Rapport sur le spam du web / Rappels sur la protection des sites contre le piratage

Le 29 avril, Google a publié un rapport sur la lutte qu’il mène contre le spam. Il s’agit plus précisément d’une rétrospective de toutes les actions menées en 2020.

Google a l’habitude de définir le spam du web comme la surreprésentation des pages de mauvaise qualité dans les résultats du moteur de recherche – même si le présent rapport tient également compte des actions menées contre les pages cherchant à duper ou escroquer les visiteurs.

Le chiffre extraordinaire de 40 milliards de pages de spam détectées et bloquées quotidiennement est cité. Cela représente une augmentation de 60 % par rapport à 2019, et s’explique en grande partie par l’utilisation croissante de l’intelligence artificielle (IA), qui détecte le contenu autogénéré et scrapé (copié d’un autre site), au service de la lutte contre le spam.

Google met également en garde les propriétaires de sites web contre l’importance du spam provenant de sites piratés. Dans de nombreux cas, les propriétaires ne savent même pas que leurs sites ont été piratés et publient du spam. La création d’un compte dans la Google Search Console peut aider les propriétaires de sites WordPress à être rapidement avertis lorsqu’un de leurs sites est piraté. Lisez notre guide Ajouter votre site à Google (Search Console). Pour vous aider à protéger votre site WordPress contre le piratage, vous pouvez également installer l’authentification à deux facteurs.

Illustration tirée du Rapport sur le spam du web de Google
Illustration tirée du Rapport sur le spam du web de Google

Google FLoC et WordPress

Il ne s’agit pas, stricto sensu, d’une information SEO, mais vous avez sans doute entendu parler de l’affrontement entre WordPress et Google sur la question du FLoC.

Le FLoC (Federated Learning of Cohorts ou Apprentissage fédéré par cohortes) est une nouvelle technologie de traçage actuellement testée par Google pour remplacer les cookies tiers. Ces cookies permettant de cibler les internautes avec des publicités, en fonction des sites qu’ils ont visités.

Le FLoC s’appuie sur la collecte de données visiteurs par l’intermédiaire du navigateur web et, plutôt que d’enregistrer les données des visites individuelles au site web, le FLoC répartit les visiteurs dans des groupes, appelés cohortes, en fonction de leurs centres d’intérêt. Le terme FLoC fait également écho à l’anglais « flock », qui désigne un troupeau, une colonie ou un groupe, pour faire allusion aux utilisateurs regroupés, comme dans Flock of Seagulls (colonie de mouettes). Une idée développée dans cet article LinkedIn (en anglais) de GS Jackson.

La nouvelle de l’opposition de WordPress à cette technologie émane en fait du débat qui s’est engagé entre développeurs WordPress sur le blocage du FLoC dans le code source de WordPress, paralysant ainsi ce système de traçage sur plus de 40 % des sites web. Carike, qui est à l’origine de cette proposition, cite la Electronic Frontier Foundation et explique que « le fait de regrouper les gens sur la base de leurs habitudes de navigation va probablement encourager des discriminations d’emploi, de logement, et d’autres types, ainsi que le ciblage prédateur de consommateurs vulnérables. »

Le navigateur Safari d’Apple a commencé à bloquer tous les cookies tiers en mars de cette année. Google indique que Chrome commencera à bloquer les cookies tiers en 2022.

Le groupe pop Flock of Seagulls dans les années 80 : plus populaire que le FLoC de Google ?
Le groupe pop Flock of Seagulls dans les années 80 : plus populaire que le FLoC de Google ?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Augmentez votre trafic !

Téléchargez SEOPress dès maintenant et débutez l'optimisation du référencement de votre site WordPress.

ABONNEZ-VOUS pour recevoir les dernières actualités SEO et des promos exclusives !

  • Ce champ n’est utilisé qu’à des fins de validation et devrait rester inchangé.